Rock’n’roll is a strange thing / Le rock’n’roll est une créature étrange (Bob Dylan)

« Traditional rock & roll, we’re talking about that. It’s all about rhythm. Johnny Cash said it best: « Get rhythm. Get rhythm when you get the blues. » Very few rock & roll bands today play with rhythm. They don’t know what it is. Rock & roll is a combination of blues, and it’s a strange thing made up of two parts. A lot of people don’t know this, but the blues, which is an American music, is not what you think it is. It’s a combination of Arabic violins and Strauss waltzes working it out. But it’s true.
The other half of rock & roll has got to be hillbilly. And that’s a derogatory term, but it ought not to be. That’s a term that includes the Delmore Bros., Stanley Bros., Roscoe Holcomb, Git Tanner and the Skillet Lickers… groups like that. Moonshine gone berserk. Fast cars on dirt roads. That’s the kind of combination that makes up rock & roll, and it can’t be cooked up in a science laboratory or a studio. You have to have the right kind of rhythm to play this kind of music. If you can’t hardly play the blues, and you don’t have the hillbilly feeling, you’re not really playing rock & roll. It might be something else, but it’s not that. You can fake it, but you can’t make it. »

Bob Dylan, MusiCares speech, 2015

« Parlons un peu du rock’n’roll traditionnel. Tout est dans le rythme. Johnny Cash a parfaitement résumé ça : « Va au rythme. Va au rythme quand tu as le blues. » Très peu de groupes de rock d’aujourd’hui jouent sur le rythme. Ils ignorent ce que c’est. Le rock’n’roll est une créature étrange qui réunit deux parties, dont le blues. Beaucoup de gens l’ignorent, mais le blues, une musique d’Amérique, n’est pas ce que l’on croit. C’est une combinaison de violons arabes et de valses de Strauss qui s’accordent. Et c’est vrai.
L’autre moitié du rock’n’roll, c’est le côté plouc (hillbilly). Un terme péjoratif, mais il n’y a rien de péjoratif. Là-dedans, il y a des groupes comme les Delmore Brothers, les Stanley Brothers, Gid Tanner et les Skillet Lickers. L’alcool de contrebande qui rend maboul. Des bagnoles à fond sur les chemins de terre. Ça c’est le genre de combinaison qui produit le rock’n’roll, et on ne peut pas reproduire ça dans un labo ou un studio. Et pour jouer cette musique, il faut avoir le bon type de rythme. Si on ne sait presque pas jouer le blues et qu’on n’a pas l’esprit plouc, on ne joue pas vraiment du rock’n’roll. On joue autre chose. Simuler n’avance à rien. »

Bob Dylan, discours du MusiCares, 2015

Tags: , , ,

Comments are closed.